Cours photographie 03:

Évolution de l’appareil photo

Donc après que mon gars le fou, AlHazen ait inventé la “camera obscura” (chambre noir), l’ancêtre des appareils photographique vers l’an 1021, il fallut trouver un moyen de fixer ou d’enregistrer l’image affichée sur un support.

Cependant ceux qui ont poursuivi les travaux de Al-Haytam, ont su tirer profit de l’évolution de la science en général, à savoir l’optique, la chimie, la mécanique jusqu’à l’électronique et l’informatique. L’invention de la photographie n’a pas de date précise, car il aura fallu une succession d’étapes élémentaires déterminantes pour enfin aboutir à ce que nous connaissons aujourd’hui.

Le support
“la pellicule” depuis les temps nos ancêtres : chacun avait remarqué les effets du soleil sur le mûrissement des fruits. On savait, depuis le Moyen Âge, que les sels d’argent, particulièrement le chlorure d’argent, noircissaient lorsqu’ils étaient exposés à la lumière.

Mais ce n’est qu’en 1816 que les premières images stables ont pu être obtenues (sur une surface sensible aux sels d’argent), grâce à Joseph Nicéphore Niépce.

Ensuite le français Louis Jacques Mandé Daguerre, qui avait échoué dans toutes ses tentatives décide de faire équipe avec Niépce. Et c’est la coopération entre ces deux qui a pu rendre de tels résultats possibles. Bizarrement, en 1833 Niépce décède, et Daguerre continua et finalisa les travaux, élaborant ainsi le premier procédé pouvant enregistrer l’image de façon permanente et le nomma “daguerréotype”. Il est devenu le premier procédé photographique utilisé commercialement. Il découvre le procédé en 1835 et présente son invention perfectionnée en 1839.

En 1840, Alexander S. Wolcott confectionna lui-même son appareil, très évolué pour l’époque.

Fonctionnement : une image du sujet est visible sur une plaque (A), par l’interstice (B) creusé à même la chambre, grâce à un miroir concave (C), poli, qui concentrait les rayons. Une fois l’image correctement cadrée, l’opérateur remplaçait l’écran par une plaque sensible à la lumière, pendant environ 90 secondes,  la photo était prise.

L’argentique
“Vous pressez le bouton, nous faisons le reste” est le premier slogan de la marque Kodak. George Eastman inventa un peu avant 1900 le premier appareil photo à film (pellicule). Cet appareil n’était pas couteux, et avait une capacité de 100 photos par rouleau. Il est appelé très originalement Kodak n°1.

En effet, il suffit de presser un bouton et, grâce à des techniques similaires aux précédentes, l’image voulue est impressionnée négativement sur le film. Ce film qui maintenant est souple et n’est plus rigide comme auparavant est alors envoyé à un laboratoire de développement qui renverra à l’expéditeur des vues rondes de 6cm sur du papier cartonné en guise de tirage.Les molécules de sels argentiques qui sont réparties uniformément sur le film ( la pellicule photographique) reçoivent la lumière lors de la prise du cliché et subissent une réaction chimique qui « colorie » la pellicule. Ces molécules sont au nombre de plusieurs millions au cm2 (10 millions environ). Le cliché est sur la pellicule.

Peu de temps après, Kodak met sur le marché un appareil encore moins cher, 1$ en moyenne et avec une pellicule coutant 15 cents, et plus simple d’utilisation : le Brownie si si brownie, mais ce n’est pas notre Browny national, ni le dessert ni de la drogue. Son nom tiré d’une bande dessinée pour enfants fut rapidement plaqué sur toutes les affiches et le Brownie connu un succès colossal et international. Les familles prenaient donc plus facilement des photos de moments marquants de leur vie (naissance, anniversaire, mariage…). La photo prit alors le nom de photo instantanée.

Appareil Reflex et/ou numérique
Un autre appareil se développe en parallèle, il s’agit du reflex. Cet appareil photo, conçu pour des usages professionnels, est beaucoup plus performant : il est plus rapide, sans flou, et d’une exactitude presque parfaite (sans décalages ni parallaxe), mais son fonctionnement est également plus complexe.
En 1982, Sony sort le premier appareil photo numérique, qui permet de sauvegarder les images sur un mini disque. La gestion de l’arrivée de la lumière dans l’appareil est la même que pour le système argentique (diaphragme, obturateur, etc…). Cependant, le reste du boîtier est très différent car il contient plusieurs organes qui vont traiter et stocker le signal numérisé obtenu :

– 1 : Le capteur : il transforme l’image en charges électriques.
– 2 : Le viseur optique
– 3 : Le processeur : il gère l’ensemble et transcrit les charges électriques en fichiers.
– 4 : Le micro moteur : permet de faire varier la focale.
– 5 : Les ports de sortie : ils font communiquer l’appareil photo avec l’extérieur (ordinateur).
– 6 : La carte mémoire : elle stocke les données numérisées.
– 7 : La batterie.
Ce type d’appareil se différencie aussi par son capteur ; il ne s’agit plus de film à l’halogénure d’argent mais d’un capteur numérique..

Next: fonctionnement des appareils photographiques modernes
#DembaJooB

Sunu Nataal

This post was written by Nataalkat

sunu nataal
Comments are closed.
%d blogueurs aiment cette page :